Beaten To Death – Xes and Strokes

Ah. Du Scandinave. Putain mais oui !

Beaten To Death, en voila un combo qui semble avoir tout pour plaire. Si ce nom ne vous évoque pas tripette, j’avoue qu’au départ moi aussi j’étais plus que sceptique. Ah. Toujours casse-couilles dès que je me hasarde loin de mon Black bien aimé, c’est plus qu’amusée que je me penche sur le line-up. Imaginez un peu le délire provoqué par plusieurs pointures de la scène nordique qui se réunissent sous un même drapeau avec l’idée de monter un projet brutal. Beh, voila en quoi consiste ce combo.

Or donc, niveau line-up justement ça en jette déjà pas mal :

  • Anders au chant,
  • Tommy Hjelm & Martin Rygge aux guitares, accessoirement également membres du groupe Insense,
  • Mika à la basse,
  • et enfin, Christian « Bartender«  aux fûts, plus connu sous le pseudonyme d’AntiChristian de ? de ..? Tsjuder.

Ceci étant, on la ferme et on écoute. En gros c’est ça l’idée.

 

C’est au label Mas-Kina Recordings que nous devons ce méfait, réalisé dans le pur style hadrcore & co puisque les titres qui le composent ne font, pour la plupart, pas plus de 2 minutes. Moi qui suis habituée ces derniers-temps aux sons extraits du pays du Doom, ça change gravement ce qui, il faut bien l’avouer n’est pas une si mauvaise chose.

Je ne noterai pas cet opus, pour la bonne et simple raison que ce style ne m’est pas assez familier donc je n’ai pas assez de points de comparaison pour établir une note qui soit juste.

3.2.1, It’s On

Ouh, première vidéo, premiers ressentis

 

D’emblée je suis sur le cul.

Là où certains parlent de mélodies, je ne peux que rire doucement face à ce genre de considération vu le style. Ce dernier étant travaillé de manière complètement hybride, reprenant le meilleur de chaque catégorie. Nous nous retrouvons donc en présence d’un album alliant une grande puissance, un sens aigu de la technique, des rythmiques très bien menées ainsi que du blast, du blast et encore du blast mis en place tellement facilement qu’on pourrait croire sans sourciller que notre Bartender prend son petit déj’ en même temps.  Le chant me prend également au dépourvu, l’amplitude de l’organe d’Anders me laisse comme qui dirait sans voix, sans parler de l’omniprésence très marquée de la basse qui, bien que ne consistant certes pas en une nouveauté extraordinaire, vaut largement la peine d’être soulignée.

 Eh, Brutal on avait dit.

 Pour résumer la sortie du ce premier opus Xes and Strokes, propulse mes tympans vers un univers jusqu’alors méconnu. C’est donc grandement surprise que je ne puis que vous conseiller cet album, paru le 26 Septembre 2011.

 Technique, original et brutal, bref, tout ce qu’on aime. 

Grouik.
Parution originale pour MetalFranceBeaten to death by S.
Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s