Everest : histoire vraie d’une tragédie.

IMG_0284

Inspiré d’une histoire vraie, Everest met en scène la triste histoire d’un groupe d’alpinistes ayant entrepris l’ascension la plus périlleuse au monde en 1996 et durant laquelle huit personnes perdirent la vie.

Alors effectivement il y a des choses plus attirantes qu’un énième drame au cinéma actuellement –encore que– cependant c’est un film que je tenais impérativement à voir pour l’histoire en elle-même, mais aussi –voire surtout– pour la beauté des paysages montagneux que j’apprécie particulièrement. (bon ok et aussi pour voir Jake Gyllenhaal en petite tenue, ah ça.)

Comme vous l’aurez compris, étant un drame, l’histoire n’est pas ce qu’il y a de plus gaie. J’avoue cependant voir été très surprise par la teneur du film qui en impose sérieusement, que ce soit par son cadre, ses acteurs ou même la performance technique et physique de l’équipe de tournage, les 3/4 des plans étant réalisés en pleine nature.

Relevant, entre autres, du problème de la « surpopulation » du toit du monde, c’est une des rares sorties de 2015 qui à fait mouche me concernant. Ce drame résultant de l’ascension de trop nombreuses personnes, créant un bouchon sur l’unes des zones les plus difficiles de la route sud, le « Hillary Step » empêchant le retour des grimpeurs, pris dans une tempête de neige au sommet.

1369412754Hillary-Step
– Hillary Step.

J’adore la montagne, maintenant tenter une expérience de vie, faut le dire, avec autant de gens devant toi, au lieu de pouvoir profiter « calmement » du cadre personnellement ça me fait bien bien mal au fessier.

Pour ceux que ça pourrait intéresser, l’histoire est rapportée par Jon Krakauer, un des alpinistes ayant tenté l’aventure, accessoirement journaliste pour le magazine américain Outside dans le livre La Tragédie de l’Everest, aux éditions Presses de la Cité (1997).

Incroyable aventure humaine à l’altitude de croisière d’un 747.

Pour le côté un peu plus glauque du truc –forcément il en fallait bien au moins un– l’ascension de cette montagne est tellement difficile que le Mont Everest est devenu au fil du temps officiellement un cimetière à ciel ouvert, où l’on a recensé quelques 250 cadavres d’alpinistes malheureux au cours de cette fabuleuse aventure, parfois à la vue de tous, servant maintenant de repère aux nouveaux grimpeurs, tel que le tristement célèbre Green Boots, alpiniste d’origine indienne probablement mort également en 1996 sur la face nord.

Green_Boots

Bizarrement c’est nettement moins sympa..  Bien que magnifique, la célèbre « Zone de la mort » proche du sommet, est tellement accueillante qu’elle ne permet aucune accommodation pour le corps humain –excusez-nous du peu– en gros, tu t’y attardes, tu meurt. Ah.
A part ça sur le papier effectivement ça donne envie : symbolisée plus ou moins par les nuages.

800px-Mount_Everest_(topgold)
1024px-KhumbuIcefall
– Mer de glace.

Alors, tentés ?

S.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s