Eye of Solitude – Cenotaph – 10/10

6PAN1T-C PSD


-English version below (Thanks D. ♥)-

C’est lundi, la reprise, la merde, le moral dans les chaussettes après un weekend en festival. Alors quoi de mieux pour commencer la semaine qu’en abordant lascivement le prochain Eye of Solitude ? Quatrième album du combo, sobrement intitulé Cenotaph, dont la sortie est prévue pour ce 1er septembre, avec mise en ligne exclusive le 26 août via No Clean Singing.

A moins de vivre sur une autre planète il est impossible d’avoir fait l’impasse sur la formation anglaise, devenue de plus en plus imposante au sein de la scène Doom/Death européenne depuis 2013 suite et la sortie de Canto III, absolument monumental. Entre temps nous avons eu l’opportunité de pouvoir les suivre sur plusieurs dates, nous avons pu nous détendre avec un Ep –The Deceit en 2014- un split en collaboration avec FAAL en 2015 et la sortie d’un titre exclusif  « Lugubrious Valedictory » magnifique en dépit des circonstances tragiques dont il est issu.

En trois ans Eye of Solitude a eu tout le temps de parfaire son style, si vous pensiez déjà que Canto III était une bombe, EoS ayant acquis une maturité réellement incroyable depuis sa parution, Cenotaph vient parfaire davantage l’aura si particulière qui émane du groupe.

Première approche du côté de son artwork. Visuellement déjà nous repartons sur quelque chose de moins sobre que la pochette du split avec FAAL, les couleurs sont de retour, en dépit de l’ambiance glaciale qui se dégage du visuel.

6PAN1T-C PSD

Cenotaph contient donc 4 titres et se décompose comme suit :
Cenotaph,
A Somber Guest,
This Goodbye. The Goodbye,
Loss.

Ma première approche de ce nouvel opus a eu lieu lors du festival From Dusk Till Doom II, où nous avons eu la chance de pouvoir le vivre, car il est bien question de cela, en intégralité. Grace à ce concert nous avions déjà une petite idée de la façon dont les choses sérieuses allaient reprendre, et pourtant j’étais encore loin, bien loin du compte.

Il est difficile de retranscrire mot pour mot ce que je peux ressentir lorsque que j’écoute cet album, ceux qui me suivent savent que j’entretiens une relation étrange avec ce groupe tant je suis touchée par son travail. Prenez Canto III, en beaucoup beaucoup plus sombre, très lent avec rigueur et technique accrues, surplombé par un chant mis pour la première fois en avant : de mon point de vue Cenotaph cristallise le potentiel d’Eye of Solitude, à travers une forme d’art quasi viscérale.


6PAN1T-C PSD

It’s Monday, back at work, that kind of shit, mood swinging down after a weekend in a festival. So, what better to start the week than with lasciviously talking about the upcoming Eye of Solitude? Fourth studio album from the combo, plainly titled “Cenotaph”, which release date is planned for the 1st of September, with an online streaming on the 26th of August on No Clean Singing.

Unless you’re living on another planet, it’s impossible to miss this UK formation, which has become more and more imposing within the European Doom/Death scene since 2013 after the release of Canto III, absolute monument. In the meantime, we had the opportunity to follow then on several gigs; we could chill with an EP – The Deceit-  in 2014, a split with FAAL in 2015 and an exclusive song – Lugubrious Valedictory – magnificent despite the circumstances it comes from.

In three years, Eye of Solitude had the time to perfect its style. If you already thought that Canto III was a bomb – EoS having acquired a really incredible maturity since its release – Cenotaph comes to perfect even more the so particular aura which emanates from the band.

First approach from the artwork’s point of view. Visually, we’re going back to something less sober than the one from the split with FAAL: colors are back, despite the icy mood which comes out from this artwork.

6PAN1T-C PSD

Cenotaph contains 4 titles and is composed like this:
Cenotaph,
A Somber Guest,
This Goodbye. The Goodbye,
Loss.

My first approach of this new album happened during the festival From Dusk Till Doom II, where we had the chance to live it, because they actually played it, completely. Thanks to this concert, we already had a small idea about how the serious shit will come back to us. Little did I know.

It is difficult to transcript ‘mot à mot’ what I can feel when I listen to this album. Those who know and follow me know that I have a strange relationship with this band, as I am so touched by its work. Take Canto III, way darker, very slow with rigor and increased technics, overhung by singing which is, for once, put in front : From my point of view, Cenotaph, crystallizes the potential of Eye of Solitude, through a form of art quasi visceral.

Follow them on :
Official website
Facebook
Bandcamp via Kaotoxin
Bigcartel
Youtube

S.

Let’s the music play.

Bien le bonjour, illustre inconnu.

Faute de temps voici un petit retour sur le week-end dernier et, plus important encore, sur ces concerts absolument géniaux.

12694983_867115140053074_4673811845274221980_o

D’abord le From Dusk Till Doom, dont j’ai déjà parlé plus bas, avec son affiche résolument Doom. Cette seconde édition était bien énorme, compte tenu :

1 – de l’affiche,
2 – du cadre,
3 – des gens.

Super ambiance au demeurant donc, salle atypique avec néanmoins un son plus que correct, l’orga sympathique et prévoyante en dépit du fait que je me sois pris une porte en pleine tête parce que ledit organisateur était pressé (t’inquiète Mike, j’ai de l’humour!). Chaleureux comme à son habitude, le public belge sait vivre, avec en sus un panaché d’allemands, d’hollandais et autres étrangetés pour mes oreilles qu’il serait inconcevable de les nommer. Finalement tout le monde s’accorde sur les rythmes lancinants des guitares et autres growls venus d’outre-tombe. On aime, on adore. Retour au gîte après plus de 10h de doom dans les oreilles et 2 chili végétariens dans les dents, on se pose avec joie.

Eye of Solitude nous a fait un set de dingues, jouant au final l’intégralité de son prochain album (à paraitre, souhaitons-le, d’ici la fin d’année) qui envoute déjà d’ores et déjà son auditoire. Plus sombre encore, s’il en est, que Canto III, ce nouveau joujou va vraiment faire mal. Sombre donc, puissant, lignes de guitares mêlées au chant guttural de Daniel donnent un aspect encore plus pesant, oserais-je, magnifique, à cette aura si singulière aux anglais.


Passage par la case Magasin 4 du dimanche pour prendre encore des claques avec Aosoth et Mgla, organisé par A Thousand Lost Civilisations. Rien à dire, impeccable, c’est carré, précis. Niveau jeu de scène oui là effectivement ça pêche un peu, cependant, ce n’est pas vraiment ce qu’on attend le plus lors d’un concert de black. N’ayant jamais vu jusqu’à présent Mgla c’est avec plaisir que j’ai suivi le set, rigueur et précision, d’aucuns m’ont parlé non sans humour des restes du communisme, en bref, j’adore. A revoir lors du Throne fest en mai :

11141253_954806357907336_6763826779834348226_o

Week-end assurément chargé en émotions sonores de toutes sortes, bordel ça fait du bien !

S.

Dan, wonderboy.

Gros changement, littéralement encré dans ma peau. Nouveau tatouage qui me trottait dans le crâne depuis un bon moment, qui a été réalisé grâce à Daniel, que j’apprécie vraiment énormément. Première session mi-janvier pour un résultat dont je suis particulièrement fière.

12622306_10206785505048515_5315331458654834042_o

Très largement inspiré de l’artwork de Sui Caedere d’Eye Of Solitude, voila ma cuisse joyeusement habillée, « creepy » juste comme je les aime, juste parfait.
Daniel est formidable, c’était un plaisir de passer du temps, si précieux pour quelqu’un qui ne s’arrête jamais non plus, avec lui. Curieusement cette zone fut plutôt douloureuse et difficile à cicatriser, en dépit de mon habitude pour les tatouages. Toutefois, j’ai clairement hâte de pouvoir retourner le terminer, entretenant lascivement un lien étrange avec la musique d’EoS.

D’ailleurs dans un petit mois il y aura le From Dusk Till Doom avec EoS et Shape of Despair, festival qui s’annonce d’ores et déjà bien bien sympathique, du bon son, des potes et du Doom, le rêve.

12694983_867115140053074_4673811845274221980_o

Top albums 2015.

Bien le bonjour ami, collègue ou illustre inconnu. 
Ce soir on rentre dans les charts de l’année écoulée avec un top album – démo – EP et autres bizarreries. Fieffée canaille je ne mets volontairement pas d’ordre particulier, chacun m’ayant touché d’une manière différente.

6:33 – Deadly Scenes
16695

Draconian – Sovran
600x600-000000-100-1-1

Otargos – Xeno Kaos
OtargosXenoKaos

Amorphis – Under The Red Cloud
chk_jschl

Shape Of Despair – Monotony Fields
3614592332288_600

Paradise Lost – The Plague Within
paradise-lost-the-plague-within-artork-600x600

Mgla – Exercises In Futility
R-7396815-1440609920-8513.jpeg

Secrets Of The Moon – Sun
0884388405929_600

Dragged Into Sunlight / Gnaw Their Tongues – N.V.
DraggedIntoSunlight-GnawTheirTongues-NV

Abigail Williams – The Accuser
AbigailWilliams-TheAccuser

Aosoth – IV
R-7856616-1450272824-8947.jpeg

Tribulation – Waiting For The Death Blow
R-7611367-1445113216-9051.jpeg

Cult Of Occult – Five Degrees Of Insanity
Cult Of Occult - Five Degrees Of Insanity

Ævangelist – Enthrall To The Void Of Bliss
spin073_Aevangelist_1200x1200RBG_grande

Temple Of Baal – Mysterium
Temple-of-Baal-Mysterium

VI – De Praestgiis Angelorum
vi_-_de_praestigiis_angelorum-600x600

Regarde Les Hommes Tomber – Exile
RegardeLesHommesTomberExile

Moonreich – Pillars Of Detest
R-7489513-1442526537-7963.jpeg

Eye Of Solitude / Faal – Split
eye-of-solitude-faal-split-ep

Skepticism – Ordeal
6430050664121

Lustre – Summoning The Lost Energy
1200x1200bb-85

Envy – Atheist’s Cornea
fa399c8a.j31

Satyricon – Live At The Opera
satyricon_live_at_the_opera

Drudkh – A Furrow Cut Short
cover.600x600-75

Shining – IX – Everyone, Everything, Everywhere, Ends
489156

Forgotten Tomb – Hurt Yourself And The Ones You Love
FORGOTTEN TOMB - Hurt Yourself And The Ones You Love

Merda Mundi – VI – Khaos
R-5895794-1405676692-5822.jpeg

Deadspace – The Promise Of Oblivion
R-7597547-1444829795-8440.jpeg

Katatonia – Sanctitude
R-6835124-1427631964-7278.jpeg

The Monolith Deathcult – Bloodcults
SOM 348D (DAX112XT).indd

Galar – De Gjenlevende
Dark-Essence-Records_Galar_De-gjenlevende_Cover

S.

Eye of Solitude’s Christmas’ gift. – Obseqvies

Eye of Solitude a un cadeau très spécial pour leurs fans en ce jour de Noël. Là où tout – ou presque – n’est que pur bonheur, volupté etc.. Daniel et consors nous proposent la « lyrics video » de leur titre Obseqvies (paru cette année sur le split avec Faal, comparses hollandais).

Vidéo réalisée par Razvan Alexandru d’Abigail (doom – Roumanie), promenons-nous dans les bois…

 


Kaotoxin :
Site officiel,
Facebook,
Shop.

Eye of Solitude :
Site officiel,
Facebook,
Shop.

Eye Of Solitude / FAAL

00

 

Histoire de briser la monotonie des fils d’actualités post-Motocultor, Kaotoxin, label Lillois, proposait hier une petite bombe : le split d’Eye Of Solitude et de Faal.

Si vous suivez un minimum la scène doom/death, ces deux formations n’étant d’ores et déjà pas à piquer des hannetons seules, imaginez un instant le résultat lorsqu’elles s’associent sur un opus.

Split collector, avec tirage limité à 500 copies composé de 2 titres pour un total de 25 minutes de plaisir auditif :

  • Eye Of Solitude, Obsequies,
  • FAAL, Shattered Hope.

L’artwork du digisleeve étant réalisé par Animalerrant, affiche un rendu atypique avec un jeu de vernis sélectif sur un monochrome qui me plait particulièrement. Il faut manipuler l’objet pour en apprécier les différents aspects, j’aime.

02

 

03

Kaotoxin publiait donc le split en écoute via Zero Tolerance.

Préventes disponibles via le site du label, sortie le 18 Septembre.

S.