Fogland – Scholomance

Humeur du jour, paumée quelque part entre mélancolie et morosité.

Fogland est une petite pépite (Roumanie) associant de façon fort judicieuse les caractéristiques de l’ambiant, du black métal et des influences folk. Scholomance est extrait de Quasiscetica, sorti en 2006 via Lupii Daciei Records, j’avoue avoir un gros gros faible pour ce titre qui me fait beaucoup penser à Diabolical Masquerade. Appréciant particulièrement l’alternance du chant clair et des cris typiques du BM, mon coup de cœur à n’en pas douter.

Publicités

Galar – Skogskvad

galar-skogskvad_imagelarge

Chacun sait que l’être humain fonctionne selon une ribambelle de préjugés, plus ou moins grossiers. Des associations d’idées qui, au fur et à mesure se métamorphosent en idées reçues complètement loufoques. Le milieu musical ne faisant pas exception à la règle c’est avec surprise que je me suis vue répondre « Suisse » par la moitié des gens auxquels j’ai demandé à quelle(s) nation(s) nous pouvions penser en matière de Folk Metal. Triste réalité ou manque de culture ce n’est pas vraiment étonnant lorsqu’on voit le fleuron de cette scène, les influences folkloriques sont-elles le « Must Have » du moment? Les trolls et autres lutins sont mignons, ce n’est pas pour autant que l’on puisse se vanter de produire un métal couillu et très bien mis en place. C’est pourtant ici que mes petits protégés débarquent.

Du Folk au pays du Black Metal.

Bergen. Eh. Certains puristes dans l’âme iront hurler à l’infamie. Bergen, vous savez, cette petite ville qui a vu naître un nombre impressionnant de formations affichant peintures de guerre, cartouchières et autres clous (impressionnants eux-aussi) avec un Black Metal haineux au possible. Qu’elles soient brutales, avec ou sans intérêt c’est bien connu, les formations norvégiennes ne peuvent être QUE Black Metal pur et dur, de celles qui cassent les parpaings avec la tête.

Ou pas.

Il devient assez difficile de remarquer le bon du reste du panier vu le nombre de groupes qui commencent à utiliser ces sonorités et ce peu importe le style de base. C’est pourquoi Galar m’a immédiatement tapé dans l’oeil (ou l’oreille c’est selon). Avec ce premier opus au nom tout aussi charmant qu’imprononçable de SKOGSKVAD. Galar tire sans conteste son épingle du jeu : un style alliant Folk et Black en un Pagan de qualité remarquable tant par les titres en eux-mêmes qui affichent clairement un instinct tribal entre guerre et sauvagerie sans nom, que par la production. En effet, chaque instrument est audible avec une très très bonne qualité de son trop souvent l’aspect le plus faiblard de ce style musical.

Notons également que le chant a été travaillé de façon assez classique puisque nous nous retrouvons avec deux lignes de chant distinctes – dont la mise en place reste, au passage, superbe – : une voix claire couplée à un chant Black metal qui prend de fait toute son ampleur grâce à sa haute qualité/brutalité.

Puissance épique et rentre-dedans : vers un renouveau?

Comme je l’ai dit précédemment, Galar se défend à merveille, du talent et de la puissance à qui mieux mieux bien que parfois un petit manque d’énergie de çi de là. C’est sans nul doute une perle rare que ce SKOGSKVAD. Galar ne se montre certes pas vraiment original avec ce premier opus, pourtant nous pouvons d’ores et déjà les compter parmi les valeurs sures de la scène Pagan internationale.

Tracklist :

  1. Skogskvad
  2. Ragnarok
  3. Dodsmyr
  4. Kronet til konge
  5. Skumring
  6. Hugin og munin
  7. Slagmarkens falne sjeler
  8. Jotneraid

Parution originale pour MetalFranceGalar, by S.