Clouds – Fen – Shape Of Despair @Boston Music Room.

14441138_1846098368954719_7675852076052076626_n

Aller-retour à Londres ce week-end pour le concert de Clouds.

Trop triste de les avoir manqués en Roumanie lors du Dark Bombastic Evening 6 l’été dernier il était impensable pour moi de ne pas faire partie de la foule au Boston music room ce samedi soir. Et quel concert..!

L’ambiance ici n’a déjà strictement rien à voir avec celle que nous pouvons trop souvent avoir en France, contrairement aux idées reçues les anglais sont prévenants, gentils et très très compréhensifs, ça change des mines affables et/ou renfrognées et ça fait un bien fou. C’est aussi une des raisons majeures qui me poussent à partir à l’étranger dès que l’occasion se présente. Alors aux mauvaises langues prônant la trinité des saintes excuses: « c’est cher » – « il faut parler anglais » – « il pleut » j’ai envie de répondre comme il se doit « so what? » la comparaison est impossible avec ce que nous avons chez nous. Sans parler du fait d’avoir l’opportunité de voir un groupe comme Shape of Despair dans une salle de ce type est une grande chance. Chose qui serait tout bonnement impossible ici.

La soirée commence dans l’attente, avec un contrôle des billets qui a pris pas mal de temps –trop– laissant arriver les gens littéralement au compte goutte. Une fois le fameux bracelet au poignet on –le on royal forcément– découvre une salle vraiment sympa, avec parquet et piliers en bois ainsi qu’une partie assise avec tables et banquettes sur tout un pan de mur, faisant face au bar, au demeurant également assez fourni, ce qui je dois bien l’admettre m’a agréablement surprise.

15078848_10209051892146776_4130888776706472676_n

Pause clope et Clouds monte sur scène.
Presque deux ans d’attente pour enfin avoir l’occasion de voir ce groupe en live. L’attente fut longue, envie poussée plus avant encore depuis la sortie de Departe ce 1er novembre, inutile de décrire ma joie dès que les premières notes ont commencées à résonner dans la salle. En dépit de quelques soucis de son, je suis tellement contente d’avoir pu être présente, sans parler des larmes qui coulaient d’elles-mêmes pendant « If these walls could speak » titre très -très- cher à mon cœur. En résumé un concert qui fut complètement énorme, pouvoir revoir des amis chers en en rencontrant de nouveaux sous une bannière commune: le doom.

_20161112_233109

C’est maintenant à Fen de prendre place. N’ayant absolument pas eu le temps d’écouter avant de venir je ne savais vraiment pas à quoi m’attendre. Un peu surprise, j’admets avoir aimé ce que j’ai entendu, entre deux/trois tours dehors, à approfondir.

En toute honnêteté, bien que ce n’ai pas été le groupe que j’attendais le plus lors de ce concert, revoir Shape of Despair est toujours une expérience très prenante. J’aime beaucoup l’aura que le groupe dégage sur scène, forcément très doomesque –ça ne se dit pas soit– au demeurant difficile à décrire. Pour le mieux j’ai envie de dire mélancolique au sens littéral du terme, le parfait mélange qui a assurément plu au public, parfois venu de loin pour ce concert (une demoiselle ayant fait le voyage depuis la Bulgarie c’est juste impensable et pourtant). Petit coup de cœur également pour la participation de Chris au violon sur « Angels Of Distress. » qui a été une performance fantastique.

15055720_10154292036013992_5899896071627830720_n
@Iskra Georgieva – Facebook.



Boston music room.

Clouds
Fen
Shape of Despair.

Publicités

Let’s the music play.

Bien le bonjour, illustre inconnu.

Faute de temps voici un petit retour sur le week-end dernier et, plus important encore, sur ces concerts absolument géniaux.

12694983_867115140053074_4673811845274221980_o

D’abord le From Dusk Till Doom, dont j’ai déjà parlé plus bas, avec son affiche résolument Doom. Cette seconde édition était bien énorme, compte tenu :

1 – de l’affiche,
2 – du cadre,
3 – des gens.

Super ambiance au demeurant donc, salle atypique avec néanmoins un son plus que correct, l’orga sympathique et prévoyante en dépit du fait que je me sois pris une porte en pleine tête parce que ledit organisateur était pressé (t’inquiète Mike, j’ai de l’humour!). Chaleureux comme à son habitude, le public belge sait vivre, avec en sus un panaché d’allemands, d’hollandais et autres étrangetés pour mes oreilles qu’il serait inconcevable de les nommer. Finalement tout le monde s’accorde sur les rythmes lancinants des guitares et autres growls venus d’outre-tombe. On aime, on adore. Retour au gîte après plus de 10h de doom dans les oreilles et 2 chili végétariens dans les dents, on se pose avec joie.

Eye of Solitude nous a fait un set de dingues, jouant au final l’intégralité de son prochain album (à paraitre, souhaitons-le, d’ici la fin d’année) qui envoute déjà d’ores et déjà son auditoire. Plus sombre encore, s’il en est, que Canto III, ce nouveau joujou va vraiment faire mal. Sombre donc, puissant, lignes de guitares mêlées au chant guttural de Daniel donnent un aspect encore plus pesant, oserais-je, magnifique, à cette aura si singulière aux anglais.


Passage par la case Magasin 4 du dimanche pour prendre encore des claques avec Aosoth et Mgla, organisé par A Thousand Lost Civilisations. Rien à dire, impeccable, c’est carré, précis. Niveau jeu de scène oui là effectivement ça pêche un peu, cependant, ce n’est pas vraiment ce qu’on attend le plus lors d’un concert de black. N’ayant jamais vu jusqu’à présent Mgla c’est avec plaisir que j’ai suivi le set, rigueur et précision, d’aucuns m’ont parlé non sans humour des restes du communisme, en bref, j’adore. A revoir lors du Throne fest en mai :

11141253_954806357907336_6763826779834348226_o

Week-end assurément chargé en émotions sonores de toutes sortes, bordel ça fait du bien !

S.

Dan, wonderboy.

Gros changement, littéralement encré dans ma peau. Nouveau tatouage qui me trottait dans le crâne depuis un bon moment, qui a été réalisé grâce à Daniel, que j’apprécie vraiment énormément. Première session mi-janvier pour un résultat dont je suis particulièrement fière.

12622306_10206785505048515_5315331458654834042_o

Très largement inspiré de l’artwork de Sui Caedere d’Eye Of Solitude, voila ma cuisse joyeusement habillée, « creepy » juste comme je les aime, juste parfait.
Daniel est formidable, c’était un plaisir de passer du temps, si précieux pour quelqu’un qui ne s’arrête jamais non plus, avec lui. Curieusement cette zone fut plutôt douloureuse et difficile à cicatriser, en dépit de mon habitude pour les tatouages. Toutefois, j’ai clairement hâte de pouvoir retourner le terminer, entretenant lascivement un lien étrange avec la musique d’EoS.

D’ailleurs dans un petit mois il y aura le From Dusk Till Doom avec EoS et Shape of Despair, festival qui s’annonce d’ores et déjà bien bien sympathique, du bon son, des potes et du Doom, le rêve.

12694983_867115140053074_4673811845274221980_o

Top albums 2015.

Bien le bonjour ami, collègue ou illustre inconnu. 
Ce soir on rentre dans les charts de l’année écoulée avec un top album – démo – EP et autres bizarreries. Fieffée canaille je ne mets volontairement pas d’ordre particulier, chacun m’ayant touché d’une manière différente.

6:33 – Deadly Scenes
16695

Draconian – Sovran
600x600-000000-100-1-1

Otargos – Xeno Kaos
OtargosXenoKaos

Amorphis – Under The Red Cloud
chk_jschl

Shape Of Despair – Monotony Fields
3614592332288_600

Paradise Lost – The Plague Within
paradise-lost-the-plague-within-artork-600x600

Mgla – Exercises In Futility
R-7396815-1440609920-8513.jpeg

Secrets Of The Moon – Sun
0884388405929_600

Dragged Into Sunlight / Gnaw Their Tongues – N.V.
DraggedIntoSunlight-GnawTheirTongues-NV

Abigail Williams – The Accuser
AbigailWilliams-TheAccuser

Aosoth – IV
R-7856616-1450272824-8947.jpeg

Tribulation – Waiting For The Death Blow
R-7611367-1445113216-9051.jpeg

Cult Of Occult – Five Degrees Of Insanity
Cult Of Occult - Five Degrees Of Insanity

Ævangelist – Enthrall To The Void Of Bliss
spin073_Aevangelist_1200x1200RBG_grande

Temple Of Baal – Mysterium
Temple-of-Baal-Mysterium

VI – De Praestgiis Angelorum
vi_-_de_praestigiis_angelorum-600x600

Regarde Les Hommes Tomber – Exile
RegardeLesHommesTomberExile

Moonreich – Pillars Of Detest
R-7489513-1442526537-7963.jpeg

Eye Of Solitude / Faal – Split
eye-of-solitude-faal-split-ep

Skepticism – Ordeal
6430050664121

Lustre – Summoning The Lost Energy
1200x1200bb-85

Envy – Atheist’s Cornea
fa399c8a.j31

Satyricon – Live At The Opera
satyricon_live_at_the_opera

Drudkh – A Furrow Cut Short
cover.600x600-75

Shining – IX – Everyone, Everything, Everywhere, Ends
489156

Forgotten Tomb – Hurt Yourself And The Ones You Love
FORGOTTEN TOMB - Hurt Yourself And The Ones You Love

Merda Mundi – VI – Khaos
R-5895794-1405676692-5822.jpeg

Deadspace – The Promise Of Oblivion
R-7597547-1444829795-8440.jpeg

Katatonia – Sanctitude
R-6835124-1427631964-7278.jpeg

The Monolith Deathcult – Bloodcults
SOM 348D (DAX112XT).indd

Galar – De Gjenlevende
Dark-Essence-Records_Galar_De-gjenlevende_Cover

S.